• Attaquez avec Rudolf Spielmann (1)

    Rudolf Spielmann (1883-1942) est souvent considéré comme le dernier vrai romantique : celui qui jouait les gambits comme au XIXè siècle et qui a résisté aux vagues du jeu moderne et hypermoderne qui ont révolutionné le jeu d'échecs entre 1880 et 1930. L'Autrichien n'a jamais été un candidat sérieux au titre mondial : son jeu souffrait trop de faiblesses (Il déclara un jour : " Je suis aussi fort qu'Alekhine dans le jeu de combinaison ! Malheureusement, je n'ai pas d'aussi bonnes positions que lui au sortir de l'ouverture !" Toutefois, il est un des trois joueurs à avoir battu le grand Capablanca au moins deux fois (avec Alekhine et Lasker) et qui a un bilan égal contre le champion cubain. Il a remporté de nombreux prix de beauté, comme il en a été aussi la victime fréquente.

     

    Voici une petite série de parties où on peut apprécier le talent du champion autrichien, tel que l'illustre son ouvrage : "L'art du sacrifice".

    Blancs : Rudolf Spielmann

    Noirs : Rudolf L'Hermet

    Madgebourg, 25ème championnat d'Allemagne. 1927.

    Défense Française

     

    1.e4 e6 2.d4 d5 3.Cd2 dxe4

    D'autres sources indiquent que Spielmann a joué 3.Cc3. La prise en e4 introduit la variante Rubinstein, qui a longtemps souffert d'une mauvaise réputation, par l'estimation de Siegbert Tarrasch. Les Noirs "abandonnent le centre" en relâchant la pression contre d5 et le cavalier en e4 est bien placé. Cependant, la pratique a montré que cette évaluation péremptoire est moins exclusive. Les Noirs acceptent un désavantage d'espace mais ils ont toujours des leviers comme c7-c5 qui peuvent libérer leur jeu et liquider le pion d4.

    Les Noirs peuvent envisager 3...Cf6 4.Fg5 dxe4 4.Cxe4 dans le même esprit (mais les Blancs peuvent refuser en jouant 4.e5).

    4.Cxe4 Cd7

    D'autres tentatives ont eu lieu au début des années 1990 avec le coup 4...Fd7 suivi de Fc6. Il en résulte une position très passive même si elle est difficile à prendre d'assaut. Les Blancs ont un jeu plus facile à jouer.

    5.Cf3 Cgf6 6.Cxf6+ Cxf6 7.Fd3 h6 ?

    Ce coup est une perte de temps et un affaiblissement inutile qui va se payer. Au lieu de cela, les Noirs peuvent jouer 7...c5, Fe7 ou bien b7-b6 (comme Rubinstein démontra l'intérêt).

    8.De2

    Les Blancs ont une idée assez simple qui est très fréquente dans cette position : faire le grand-roque et attaquer à l'aile-roi. L'affaiblissement h6 est un facteur encore plus défavorable pour les Noirs.

    8...Fd6 9.Fd2 0-0

    Un roque après h7-h6 et avant le roque blanc, ça ne sent pas très bon.

    10.0-0-0 Fd7 ?!

    Les Noirs ont déjà des difficultés parce que les Blancs peuvent exploiter le coup h7-h6. Mais en plus, par ce coup de développement, ils laissent Spielmann avec les mains totalement libres. Il fallait tenter c7-c5 pour attaquer le centre blanc et contrarier les desseins adverses.

    11.Ce5

    Ce cavalier dans une position si agressive est un mauvais signe pour les Noirs. La réaction de L'Hermet manque de ponctualité. Il fallait pousser c7-c5 plus tôt pour qu'elle soit plus efficace.

    11...c5 12.dxc5 Fxe5

    12...Fxc5 13.g4 ou h4 sont très dangereux.

    13.Dxe5 Fc6 14.Ff4

    Menace Fh7+. Spielmann aurait pu jouer Fc3 mais il vise la faiblesse en h6.

    14...De7 15.Dd4 Tfd8 16.Fd6 De8 17.Thg1 b6

    L'Hermet mine le pion c5. 18.cxb6 ? axb6 donne un excellent jeu pour les Noirs car la colonne 'a' s'est ouverte et le Fd6 est cloué.

    18.Dh4 bxc5 19.Fe5

    Le pion ne compte pas mais on voit que les pièces blanches sont braquées vers le Roi noir qui est dangereusement seul.

    19...De7

    19...Cd7 mérite certainement considération.

    20.g4 !

    A l'assaut !

    20...c4

    20...Ff3 proposé par l'informatique ne sauve pas la partie : 21.g5 ! Cg4 22.Ff6 !! gxf6 (22...Db7 23.gxh6 et le roque éclate) 23.gxf6 Df8 24.Txg4+ Fxg4 25.Dxg4+ Rh8 26.Tg1 avec la menace De4 qui force Txd3 27.cxd3 donne une fin de partie gagnante.

    21.g5 !

    La réponse des Noirs était subtile ! 21.Fxc4 suivait Txd1+ 22.Txd1 Dc5 attaque les deux fous et repousse l'attaque blanche. (23.Fxf6 Dxc4). Spielmann n'est pas tombé dans le piège et il continue son plan.

    21...Cd7

    21...Ch7 22.Fxh7+ Rxh7 23.g6+

    Comment les Blancs peuvent-ils conclure rapidement ?

     

    Attaquez avec Rudolf Spielmann (1)

    22.Dxh6 !!

    Le plus spectaculaire même si Fxg7 est très bon aussi.

    22...gxh6 23.gxh6+ Rf8 24.Tg8 + !

    Conclue la partie en beauté. 24...Rxg8 25.h7+ Rf8 26.h8 fait promotion en dame (ou en tour) et mate ! L'Hermet préféra abandonner.

     

     

     

     

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :